<img alt="" src="https://secure.hiss3lark.com/173251.png" style="display:none;">
Français

Communication interne dans la santé Chapitre 1: Travailler mobile, communiquer avec flexibilité

   

Topics: Communication, flexible, mobile

L’intranet et les e-mails ne correspondent presque plus au style de vie et de travail de plus en plus mobile des collaborateurs.

Les nouveaux canaux de communication tels que les apps de collaborateurs sont une nécessité actuelle: ils permettent des échanges ouverts et orientés feedback et contribuent ainsi à la fidélisation du personnel.

Lisez notre premier chapitre de cette nouvelle série de blog autour de la "communication interne dans le secteur de la santé".

Smartphone, tablette et ordinateur portable ont révolutionné le travail: Grâce à ces appareils, le travail n’est plus lié à un lieu spécifique. La connexion mobile facilite aussi les modèles de travail flexibles, comme le temps partiel ou le jobsharing, qui sont particulièrement répandus et demandés dans le secteur de la santé.

À l’hôpital universitaire de Zurich (USZ) par exemple, 47 % de tous les collaborateurs travaillent à temps partiel. Dans le domaine des soins, le travail à temps partiel est largement répandu avec une part de 56 %. L’USZ encourage aussi explicitement le jobsharing pour les postes de cadres: un quart des cadres sont employés à temps partiel.

"À l’échelle de la Suisse, plus d’1,1 million de personnes actives, sur un total de 4,6 millions, travaillent de manière flexible – tendance à la hausse."

C’est ce qu’a mis en évidence l’étude «FlexWorkSurvey» de la Haute école du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW). Les grandes entreprises ont tendance à être plus avancées dans la mise en œuvre de formes de travail flexibles que les petites. Ces dernières ne devraient pas manquer de les suivre.

Le problème associé à la numérisation et à la flexibilisation est que les collaborateurs et les supérieurs ont besoin à cet effet de compétences et d’instruments de communication totalement nouveaux. Les processus traditionnels doivent être vérifiés et réorientés. Cela vaut tout particulièrement pour la communication interne: les collaborateurs attendent aujourd’hui qu’on leur fournisse des informations de manière rapide et exhaustive, peu importe là où ils se trouvent. Exactement comme ils ont l’habitude de faire dans la vie privée.

Ce n’est pas une mince affaire à une époque où même les collaborateurs qui partagent un poste ne se voient pas. Malgré cela, ils doivent pouvoir rapidement se concerter, développer un esprit d’équipe et faire fonctionner la collaboration.

Précisément pour les entreprises du secteur de la santé tels que les hôpitaux, les établissements de soins ou les services d’aide et de soins à domicile, au sein desquelles la plupart des collaborateurs travaillent de façon décentralisée, cela représente un tour de force quotidien. Lequel est encore compliqué par le rôle toujours plus important de la collaboration interdisciplinaire: la médecine devient progressivement une prestation organisée en système où de grandes équipes interprofessionnelles doivent collaborer. Comme nombre d’études le montrent: des erreurs médicales surviennent dans les hôpitaux, souvent par manque de communication.

DIALOGUE AU LIEU DE MONOLOGUE

La simple transmission d’informations n’existe plus, le transfert de connaissances et la communication spécifique aux groupes cibles sont aujourd’hui demandés. Seule cette dernière permet de rester en contact direct avec les collaborateurs et d’accroître leur engagement.

Claudia Mast, chercheuse allemande dans le domaine des sciences de la communication, préconise un changement de pensée dans le cadre de la connexion mobile pour « passer de la communication de diffusion aux processus interactifs ».

Cela signifie qu’avec le travail, la communication devient elle-aussi décentralisée. Les services de communication internes ne sont plus responsables mais les chefs de service ou de groupe eux-mêmes: ils doivent informer leurs collaborateurs directement par le biais de processus internes et garantir les échanges.

Cela requiert des capacités et outils totalement nouveaux.

fahigkeiten tools

Dans ce contexte, il ne faut pas oublier: les collaborateurs sont les principaux ambassadeurs d’une entreprise, en interne et vers l’extérieur. Un investissement dans la communication interne constitue toujours un investissement pour le futur de l’entreprise – les collaborateurs. Ils doivent avoir le sentiment de faire partie de quelque chose de plus grand. Ceci ne pourra manquer d’augmenter la fidélisation du personnel et de réduire le taux de rotation. En temps de pénurie de personnel de santé qualifié, il s’agit d’un avantage inestimable.

-----

Ce sujet vous intéresse? N'hésitez pas à lire notre deuxième article de la même série "Transparence: informer de manière directe et ouverte"

Comments