<img alt="" src="https://secure.hiss3lark.com/173251.png" style="display:none;">
Français

Le dilemme WhatsApp dans le secteur de la santé

   

Topics: communication efficace, coopération

Le dilemme WhatsApp dans le secteur de la santé

Les services de messagerie instantanée comme WhatsApp ont en ce moment le vent en poupe, que ce soit dans nos vies privées ou dans le milieu professionnel. Dans le secteur de la santé également ils offrent un grand nombre d’avantages, comme par exemple le partage instantané d’informations avec les équipes. Or il ne faut pas oublier une chose :  celles et ceux qui utilisent les services de tchat conventionnels s’exposent à des conséquences juridiques. Heureusement, il existe des alternatives professionnelles et sécurisées.

Les messageries instantanées dans le secteur de la santé

Le personnel médical s'est approprié les avantages du tchat entre collègues. Une étude de l'institut allemand de protection des données DDI le montre : 98 % des médecins employés dans les hôpitaux utilisent WhatsApp & co dans le cadre du travail. Le partage d’observations avec d'autres médecins est au cœur de ces échanges. Ces derniers sont unanimes : la prise en charge des patients profite beaucoup de l'utilisation des messageries instantanées car les diagnostiques peuvent être établis et partagés de façon plus rapide et plus sûre. 

Obtenir un deuxième avis auprès de collègues n’est pas le seul cas d’utilisation de ces applications. Les collaborateurs peuvent en effet rapidement informer leur équipe s'ils sont malades ou encore partager dans des groupes des nouvelles, des formations, des présentations et des documents. Ces partages en temps réel sont particulièrement bénéfiques dans le secteur de la santé où les méthodes de traitement, les données scientifiques ou encore les prescriptions évoluent très rapidement. Dans le même temps, les messageries instantanées remplacent doucement mais sûrement le pager, même si ce dernier reste encore largement répandu dans les hôpitaux.

WhatsApp : l'assistant en cas d'urgence

Dans les situations critiques, les applications peuvent également rendre de précieux services, comme le montre l’exemple des urgentistes turcs qui ont fait les gros titres il y a quelques années. Depuis un hôpital isolé sans infrastructure informatique, ils transmettaient par WhatsApp des données ECG à des collègues et sauvaient ainsi des vies.

Les atouts des messageries instantanées dans le domaine de la santé sont donc évidents. Mais attention : les messageries conventionnelles sont associées dans le milieu médical à des risques et des effets indésirables considérables. En effet, elles peuvent rentrer en conflit avec les dispositions légales. Il faut impérativement être vigilant à la protection des données !

Voici quelques raisons qui poussent à la vigilance :

  • Les échanges se font souvent via des mobiles privés. Les photos de constatations transmises peuvent être automatiquement enregistrées dans le mobile ou serveur du destinataire. Il est possible que des tiers non autorisés de l'entourage privé du destinataire aient accès à ces données. Il s'agit d'une violation claire du règlement général sur la protection des données. 
  • Par ailleurs, un contrôle est rarement de mise lorsqu'un collaborateur quitte un  groupe de tchat dans lequel des informations sensibles sont échangées entre collègues.
  • En outre, les services de messagerie privés posent également problème car ils envoient des messages à des contacts qui sont enregistrés sur la mémoire du portable. Si un contact change donc de numéro sans en informer l'expéditeur, des données confidentielles sont susceptibles d'être envoyées par erreur au mauvais destinataire.

La question de la protection des données

66 % des personnes interrogées par le DDI sont également conscientes de ces problèmes. Par conséquent, ils noircissent les données personnelles avant l'envoi de constatations photographiées ou les découpent. Néanmoins, il arrive parfois qu'ils commettent malgré tout une infraction.

En effet, la prise de contact via WhatsApp peut déjà s'avérer illégale. La législation en vigueur prévoit que le destinataire doit d'abord approuver expressément la prise de contact. Or, lorsque les médecins ne communiquent pas seulement entre eux mais aussi avec des patients, la situation est critique.

Ils ne demandent que très rarement une autorisation écrite préalable. Ils s'exposent donc à des plaintes pouvant avoir de lourdes conséquences : En cas de violation, le règlement général sur la protection des données prévoit des amendes allant jusqu'à 20 millions d'euros ou 4 % du chiffre d'affaire annuel d'une entreprise.

Alternatives sûres à WhatsApp

La bonne nouvelle : il existe des alternatives sûres à Whatsapp qui facilitent considérablement la communication et la collaboration dans les hôpitaux, les cabinets médicaux, les laboratoires et les établissements de soins tout en respectant l'ensemble des dispositions sur la  protection et la sécurité des données. Une appli de communication spécialement conçue pour un usage professionnel permet d'échanger sans risque des radiographies ou des dossiers médicaux dans le secteur de la santé.

En effet, la transmission des données se fait en toute sécurité au moyen d'un cryptage de bout en bout. Par ailleurs, les données ne sont pas enregistrées comme pour WhatsApp sur des serveurs américains qui, n'étant pas soumis à la protection des données européenne stricte, peuvent être facilement et légalement espionnés. 

Les applis pour entreprises utilisables en milieu professionnel sont quant à elle hébergées au niveau local ou sur place, conformément à la norme mondialement reconnue ISO 27001. Ce certificat est synonyme de sécurité maximale des informations, données et systèmes et il est conforme au RGPD. Ce sigle atteste que la sphère privée et les données de patients bénéficient d'une protection maximale. Pour que cela reste ainsi, le programme de sécurité est régulièrement contrôlé par des experts.

Communication dans un espace protégé

Ce type d'applis pour la communication interne aux entreprises permet de mettre en relation les collaborateurs avec fiabilité via smartphone, ordinateur ou tablette. Vous pouvez en être certain : les informations transmises via ces applications ne parviendront pas à des tiers non autorisés.

L'expéditeur reste toujours propriétaire des données. Il les envoie uniquement à des personnes explicitement autorisées. Différentes mesures de sécurité garantissent également que les données transmises ne soient pas partagées, sauvegardées ou reproduites sans autorisation. Les autorisations d'accès à l'appli bénéficient d'une gestion centralisée et sont actualisées en permanence. Ainsi, chacun ne reçoit que ce auquel il est autorisé. Si un collaborateur quitte son emploi, son compte expire automatiquement. Les utilisateurs profitent ainsi au travail de tous les avantages qu'ils associent à WhatsApp. Mais dans un cadre protégé et sûr. Alors : quand l'appli va tout va.

Sonja Dietz

Sonja Dietz

Sonja Dietz, born in 1977, is a journalist and social media editor with an academic background in German linguistics and literature. She has in-depth expertise in the field of human resources. Sonja produces specialist articles, develops strategies for the target-group-specific development of company-owned social media channels and fills them with precisely tailored content. She is particularly interested in the digitisation of the business world.

Comments